Immobilier

Pourquoi rénover son installation électrique ?

installation electrique

Le réseau électrique d’un immeuble ou d’une habitation individuelle est souvent oublié lorsque l’on pense à faire rénover son bien. Difficilement accessible, caché derrière les cloisons ou les murs, on ne pense au réseau électrique que lorsque nous recevons les factures ou changeons nos ampoules. Et pourtant, la plupart des rénovations nécessitent une modification complète de l’installation électrique. A l’heure du tout électrique et avec l’évolution des normes mais aussi la multiplication de nos appareils électroménagers, les installations domestiques sont bien souvent obsolètes. On considère ainsi comme vétuste tout réseau antérieur à 1991, tout simplement car avant cette année, la majorité des installations ne comportaient pas de disjoncteur différentiel. Celui-ci, capable d’interrompre le courant électrique en cas d’incident sur le réseau, garantit, avec le raccordement à la terre, la sécurité de votre installation.

Faire appel à un professionnel pour sécuriser son installation

Lors des travaux de rénovation, on pense toujours aux revêtements muraux, à l’isolation, à la réfection des toitures mais on omet souvent l’installation électrique. Pourtant, un diagnostic de votre réseau pourrait bien mettre en évidence un non respect des normes actuelles.Vous pouvez faire appel à une entreprise compétente et qualifiée qui peut effectuer pour vous le diagnostic et réaliser les travaux de changement de votre installation ou de mises aux normes. Faire appel à un professionnel est impératif dans ce type de travaux, car une connaissance approfondie des règles et du matériel est obligatoire. Aujourd’hui, un artisan digne de ce nom réalisera une installation électrique selon la norme NF-C 15-100.

Respect des normes et confort de l’utilisateur

La mise en conformité d’une installation électrique nécessite le plus souvent une dépose complète de l’existant. En effet, c’est une partie sensible dans un programme de travaux, qui peut parfois être dangereuse. De plus, les normes dans ce domaine sont très évolutives, la France a ainsi du revoir sa réglementation pour se conformer aux normes européennes en 2003 (domotique, informatique, multimédia etc…).

Une entreprise compétente fera par exemple le point sur vos besoins en puissance et établira avec vous la liste des appareils à alimenter en électricité. De là il sera capable de dimensionner le tableau électrique et de savoir quelle puissance souscrire auprès du fournisseur d’électricité.
Il vous demandera également quel type d’installation vous souhaitez mettre en place : Encastrée ou apparente ? Vos câbles peuvent ainsi être encastrés dans vos murs ou plafond ou bien se loger dans des « goulottes ». Vous pouvez aussi voir avec l’électricien quel sera la meilleure disposition des interrupteurs et des prises de courants. Sachez cependant que la réglementation impose un nombre de prise selon les pièces concernées :

  • 3 prises (16A+T) pour les chambres
  • 5 prises (16A+T) de courant pour le salon
  • 6 prises (16A+T) et 4 circuits spécialisés pour l’électroménager de forte puissance (four, congélateur etc.).

Dans une salle de bain, avec présence d’eau et fort risque d’électrocution, la réglementation est très contraignante, l’installation d’une liaison équipotentielle locale, qui relie entre eux les éléments métalliques est obligatoire.

Dans un programme global de rénovation, les travaux sur le réseau électrique doivent généralement être un des premiers poste. Cependant, avant de vous lancer, pensez à établir avec nos architectes ou maîtres d’œuvres partenaires l’aménagement de toutes les pièces à rénover afin d’éviter les mauvaises surprises à la fin du chantier. En effet nous avons vu que la destination d’une pièce nécessite parfois l’utilisation de circuits spécifiques et de prises adaptées.

A savoir 

Avant de procéder à la mise sous tension d’une installation neuve ou rénovée, chaque distributeur d’énergie (EDF ou autre) exige une attestation de conformité de l’installation.

Le Consuel (Comité national pour la sécurité des usagers de l’électricité) vérifie ainsi la conformité de l’installation aux normes et aux règlements en vigueur. Un contrôle peut être réalisé dans un délai de trois semaines après réception du formulaire de certification électrique. Si tout est en règle, l’agent du Consuel remet alors l’attestation de conformité permettant la mise sous tension. Dans le cas contraire, l’installateur doit alors réaliser les corrections et prendre contact avec le Consuel qui effectue une contre-visite. Si l’installation a été réalisée par un professionnel (électricien), le contrôle se fait sur la règle du hasard, 20% des installations sont vérifiées. Si un non-professionnel s’est occupé des travaux d’électricité, le contrôle est systématique.

Leave a Comment